Mobile Search Icon
Press Release

La moitié des nouveaux membres des conseils d’administration du DAX 30 sont des femmes – et seulement un peu moins d’un tiers ne viennent pas d’Allemagne.

Communiqué de presse


June 14, 2016


​Munich, 14 juin 2016 - Le 6ème rapport annuel de Russell Reynolds Associates sur les conseils d’administration du DAX 30 conclut également que deux tiers des conseils d’administration manquent d’expertise digitale.

  • Objectif atteint: 21 des 30 comités des représentants des actionnaires contribuent déjà à atteindre le quota fixé à 30% (adopté en droit allemand pour 2020)

  • Premiers de classe: Siemens, Deutsche Bank, Adidas et Daimler ont les conseils d’administration les plus forts

  • Un peu léger sur l’international: la proportion des membres des conseils d’administration ne venant pas d’Allemagne est descendue à 27%. Seulement 6% sont non-européens.

  • Fort déficit numérique: Seulement un tiers des conseils (37%) sont dotés d’une expertise

Avec une hausse de 5 points, de 23,7% à 28,7%, les conseils d’administration des entreprises du DAX 30 enregistrent la plus forte hausse de leur histoire quant à leur représentation féminine. L’an passé, 39 administrateurs ont été remplacés ou nouvellement élus. Avec 18 femmes sur 39, cela signifie qu’elles représentent désormais près d’une nomination sur deux dans tous les conseils d’administration (46% ; 2015 : 39%).

Cette année, à la suite des assemblées générales annuelles, 21 des 30 comités des représentants des actionnaires (2015 : 13) ont atteint le quota féminin spécifié par la législation allemande.
Cependant, des marques comme Adidas et Henkel (qui en 2015 étaient déjà capables de témoigner d’un quota de 30% de femmes au sein de leur conseil d’administration) sont descendues à 25%, soit en dessous du quota requis. L’équipementier en vêtements sportifs a élargi son conseil par deux membres masculins, et Beatrice Guillaume-Grasbich a quitté le conseil chez Henkel. HeidelbergCement, où les femmes représentent seulement 17% des membres du conseil d’administration, est en queue de peloton parmi les grands groupes allemands.

Malgré des changements structurels et de personnel sur 21 des 30 conseils (2015 : 15), leurs qualités formelles demeurent largement stables. En appliquant un système de note similaire à celui utilisé dans les écoles allemandes (1 = excellent à 6 = mauvais), l’évaluation moyenne de la composition des conseils d’administration du DAX 30 atteint un score d’ensemble de 2,4 pour 2016 (2015 : 2,3).

L’étude analyse les données biographiques disponibles des membres des conseils d’administration du DAX 30, afin d’apprécier comment les comités agissent à travers des critères comme « business expérience », « fonctions occupées dans les autres comités », « diversité » et « compétence numérique ».

Cette année la première place du classement Russell Reynolds sur les conseils d’administration est attribuée à Siemens avec une note d’ensemble de 1.6. Le vainqueur de l’année dernière, Deutsche Bank, arrive ensuite avec une note de 1.9, puis ex aequo à la troisième place Adidas et Daimler avec une note de 2.0.

Daimler, qui avait atteint la note de 2.3 en 2015, monte de la 13ème à la 4ème place. Le plus grand bond en avant dans le classement (de la 27ème à la 5ème place) a été réalisé par E.On obtenant une note de 2.1 (en 2015, note de 3.0). La pire note de cette année, cela étant dû à un manque d’expérience international et au faible pourcentage de femmes, est obtenue par HeidelbergCement avec 3.1 (2015 : classée 22, note de 2.5).

Il s’agit des conclusions relatives de l’étude sur les conseils d’administration du DAX 30 menée par Russell Reynolds Associates, un leader mondial du conseil en recrutement. Pour la 6ème fois le cabinet examine les changements au niveau des conseils d’administration parmi les 30 plus grandes entreprises cotées en Allemagne.

« L’objectif de féminisation des conseils est plus ambitieux en France qu’en Allemagne (40% contre 30%), c’est donc naturel que les entreprises allemandes soient plus proches du seuil légal de 30%. Le seuil de 30% avait déjà été atteint en France par les entreprises du CAC 40 en 2014. En revanche, les fleurons français disposent de conseils légèrement plus internationalisés avec 30% d'administrateurs étrangers (contre 27% en Allemagne) représentant des zones géographiques diversifiées. », commente Marc Sanglé-Ferrière, Directeur Général de Russell Reynolds France.

L’absence chronique de catalyseurs internationaux dans les conseils d’administration allemands

La composition internationale des conseils d’administration allemands a diminué légèrement durant l’année passée, avec une proportion de membres non-Allemands dans les conseils en chute d’un point, à 27%. Cependant, presque un tiers de ces membres viennent de pays limitrophes comme l’Autriche et la Suisse, et parmi ces nouveaux membres internationaux 67% ont un passeport allemand.

“La question de la diversité ne devrait pas être interprétée simplement du point de vue de la satisfaction des quotas féminins dans les conseils d’administration. C’est au moins aussi important que la diversité culturelle et l’internationalisation. Sur ce point, les conseils d’administration du DAX 30 n’ont pas fait de progrès, » comment Jens-Thomas Pietralla, Managing Director chez Russell Reynolds Associates en charge de l’étude des conseils d’administration du DAX 30.

“Il est vrai que nous voyons maintenant augmenter l’expérience opérationnelle à l’étranger sur les CV des membres des conseils d’administration. Néanmoins, il s’agit de la preuve d’une faible réussite pour l’Allemagne, en temps que pays exportateur, que pas un seul des nouveaux administrateurs nommés lors de l’année passée ne viennent d’Asie ou d’Amérique du sud, et que seulement un vienne des Etats-Unis et un autre d’Afrique.

Il y a quelques exceptions positives : Fresenius Medical Care possède la plus haute proportion de membres non-Allemands de son conseil avec 67%, suivi par Volkswagen et Deutsche Bank, chacun à 60%, puis vient Deutsche Börse avec 50%.
L’Autriche continue de fournir le plus grand contingent de membres non-Allemands, avec 17 représentants des actionnaires, suivent les Etats-Unis (12), le Royaume-Uni (7) et la France (6). Particularités intéressantes parmi les nouveaux membres des conseils, compte tenu de leur expérience et expertise internationale, on trouve l’Egyptien Nassef Sawiris actionnaire majoritaire chez Adidas et la Suédoise Carolina Dybeck Happe ainsi que l’Italien Erich Clementi at E.On.

Transformation numérique des entreprises menacées par un manque de véritables compétences digitales : seulement un conseil d’administration sur trois possède un expert dédié au numérique

L’étude Russell Reynolds conclut aussi que seuls 37% des conseils d’administration du DAX 30 ont au moins un membre avec des capacités certaines sur le numérique. « Les réponses à apporter aux défis et bouleversements liés à la transition numérique devraient être la première priorité stratégique de toutes les entreprises du DAX 30. Même si les comités exécutifs peuvent en avoir la capacité, une expertise fonctionnelle approfondie fait défaut dans deux tiers des conseils d’administration sur lesquels nous avons enquêté, les rendant inaptes à poser de façon critique et constructive les questions ayant trait à la stratégie numérique présentée par la direction», commente le Dr Thomas Tomkos, directeur général de Russell Reynolds Associates pour l’Allemagne. « Combiné au manque d’expérience internationale, ce déficit frappant a urgemment besoin d’être résolu dans le prochain cycle de nominations des conseils d’administration. Si cela n’est pas fait, l’économie allemande devrait tomber en dessous du niveau de compétitivité internationale dans ce domaine essentiel au succès. »

Les compagnies financières et industrielles fournissent les meilleurs membres des conseils d’administration

Le plus grand nombre de mandats détenus dans les conseils d’administration des plus grandes entreprises allemandes revient à Paul Achleitner, Michael Diekmann et Henning Kagermann qui détiennent chacun quatre postes au sein des entreprises du DAX. Spécialiste des conseils d’administration, Jens-Thomas Pietralla commente ces multiples nominations : « Ce que l’on connaissait sous le nom de « Deutschland AG », avec des fortes interactions structurelles et financières dans les entreprises est maintenant terminé. Néanmoins, il continue d’y avoir certains membres des conseils d’administration et anciens cadres des compagnies financières et industrielles majeures qui sont fortement représentés dans plusieurs conseils des entreprises du DAX. »
Avec Ann-Kristin Achleitner, Renate Köcher, Sari Baldauf, Simone Bagel-Trah and Simone Menne, elles sont désormais 5 femmes administratrices d’entreprises du DAX avec au moins 2 mandats.

Les différences entre les genres persistent: les femmes ont 3,2 ans de moins lors de leur nomination et restent 2,7 ans de moins en poste que les hommes

La tendance positive en faveur de la diversité n’empêche pas à certaines différences de perdurer entre hommes et femmes : en moyenne, une administratrice du DAX 30 profite de son poste 2.7 ans de moins qu’un de ses collègues masculins (3.3 ans contre 6 ans), et prends ses fonctions en ayant 3.2 ans de moins (hommes 56.1, femmes 52.9). L’âge moyen d’un homme membre d’un conseil d’administration est de 62.1 ans soit 6 ans de plus qu’une femme (56.2). Cependant, une convergence graduelle sur les données démographique est observable sur le long terme, et cela doit continuer d’aller de l’avant. Le profil type du membre d’un conseil d’administration du DAX 30 est âgé de 60.4 ans et c’est presque un an de moins que le profil type de 2015. SAP (10 ans), BMW (9 ans) et Fresenius Medical Care (9 ans) ont les membres ayant le mandat moyen le plus long. Chez ProSiebenSat1, Vonovia et RWE, les membres du conseil d’administration sont en poste pour moins de 3 ans en moyenne.

La plus haute rémunération en conseil d’administration l’an passé, environ 316.000€, était payée par BMW et Fresenius Medical Care. Volkswagen est descendue de la première à la dernière place en seulement un an. L’entreprise rémunère les membres de son conseil d’administration avec une part variable, qui a eu pour résultat une rémunération moyenne totale pour l’année dernière de seulement 35.000 € suite au scandale des moteurs diesel (la rémunération de l’année précédente atteignait 489.000€).

About Russell Reynolds Associates
Russell Reynolds Associates is a leading global executive search consultancy. Established in 1969 in New York, today Russell Reynolds Associates operates a global network with a total of 46 offices and over 370 consultants. In Germany, Russell Reynolds Associates has had a presence since 1985 and has offices in Frankfurt am Main, Hamburg and Munich.
The company is wholly-owned by the partners who work within it. Alongside this independence, it is above all the globally-operating teams of experts for individual sectors which makes Russell Reynolds Associates stand out from the competition. Thanks to the strong loyalty of its clients and major success in acquiring mandates, Russell Reynolds Associates has enjoyed clear double-digit growth over many years.
For more information, visit www.russellreynolds.com and on Twitter @RRAonLeadership

Contact média
Susanne J. Mathony
Director Marketing & Public Relations EMEA
Russell Reynolds Associates
Maximilianstrasse 12–14
80539 Munich
Tel.: +49 89 24 89 81 33 – Mobile: +49 174 25 82 711
Susanne.Mathony@russellreynolds.com

Sign up for our newsletter

Get the newsletter that prepares you for what's next with valuable insights across industries and geographies.
La moitié des nouveaux membres des conseils d’administration du DAX 30 sont des femmes – et seulement un peu moins d’un tiers ne viennent pas d’Allemagne.